L'art public : études de cas

Le blog des étudiants du cours FAM4500 (UQAM)

Les leçons singulières (volet II) de Michel Goulet par Stéphanie De Couto Costa

IMGP0626IMGP0618

L’œuvre les leçons singulières (volet II) à été la première œuvre d’art public réalisée dans le cadre du Plan d’action en art public de la Ville de Montréal. Cette œuvre réalisée en 1991 par l’artiste sculpteur Michel Goulet, fabriquée d’acier inoxydable et de bronze occupe le belvédère du parc Lafontaine. Ainsi, l’espace soulève des enjeux publics qui montrent le caractère interdisciplinaire de cette installation. De quelle manière le corps social se distingue-t-il de la collectivité à l’intérieur de la sphère publique dans l’œuvre les leçons singulières (volet II) de Michel Goulet. Nous étudierons la question à l’aide des notions d’intégration, de détournement et d’indécidabilité.

La notion d’intégration est montrée par l’appropriation d’objets du quotidien tel que la chaise, la table, ainsi que les objets diversifiés placés en dessous de chaque chaise (journaux, espadrilles, livre, sac froissé, ballon de foot, jumelles.).  Ces objets usuels sont transformés comme objet d’art par le simple constat de l’artiste. Nous pensons alors au ready-made de Duchamp. La répétition des chaises transmet la sensation de singularité, voir d’individualité. Ainsi, nous mettons l’accent sur le rendu formel de chaque élément et nous construisons un système d’identification individuelle. Ceci provoque un détournement par rapport à la fonction de l’objet. D’une part, son utilité est contrée par son statut d’œuvre d’art. Nous sommes portés à les contempler plutôt que de s’y installer. D’autre part, l’emplacement dans l’espace détourne leur fonction symbolique. Une table qui sert habituellement à unir est en contraste avec les chaises qui cherche à se différencier les unes des autres.

Ce détournement brouille le régime de valeur des objets. Justement, la disposition des objets coupe la possibilité de discussion; brime « la valeur d’usage de l’objet fonctionnel, la valeur d’échange de la marchandise, [et] la valeur conviviale de l’objet relationnel.»1 La polysémie de l’objet rend la réception de l’œuvre indécidable. D’ailleurs l’indécidabilité est perceptible par l’esthétisation de la sphère publique. Les objets placés sous les chaises sont coulés en bronze, donc perdent leurs valeurs d’usage et rendent les objets «à la fois saisissable[s] et insaisissable[s].»2 Ces éléments sont des outils relatifs  aux activités pratiquées dans un parc (lecture, observation, sports…). Plus particulièrement, l’artiste questionne la relation qu’entretiennent les montréalais avec cet espace car les journaux illustrés sont le Devoir, la Presse et la Gazette, puis la carte sculptée sur la table est une représentation du parc Lafontaine. Donc, l’installation met en jeu le corps du passant et ainsi se questionne sur la politique des relations sociales dans un espace précis.3

Enfin, le public est dépeint à travers la personnification de chaque chaise, jusqu’à croire qu’elles sont formellement descriptive des objets placés en dessous. L’artiste illustre un ensemble collectif, allégorique des usagers du parc, mais structure l’environnement afin de  préciser leur individualité. Le parc est représenté comme un espace civique, dont la transformation physique et psychologique est possible par la volonté de tous. Justement, la carte sculptée repose sur quatre formes géométriques qui représentent l’espace comme une fabrication de l’homme sans cesse interchangeable. Or, chaque personne lui trouve son compte, glorifiant même la banalité du quotidien en moulant des objets d’activité récréative en bronze. Je me questionne sur l’effet de l’art public sur la collectivité. L’art public contemporain doit-il rendre hommage à l’identité locale, ou devrions nous promouvoir un art d’agitation en forme d’intervention public/politique?

 

 

 

Bibliographie

[1] Uzel, Jean-Philippe,  « Les objets trickster de l’art actuel », L’indécidable – écarts et déplacements de l’art actuel, Montréal, 2008.

[2] Uzel, Jean-Philippe,  « Les objets trickster de l’art actuel », L’indécidable – écarts et déplacements de l’art actuel, Montréal, 2008.

[3]Ruby, Christian,  «  Susciter des archipels », L’art public, un art de vivre la ville,  Bruxelles, la lettre volée,  2001.

Goulet, Michel, Œuvres publiques, http://www.michelgoulet.ca/fr/oeuvrespub/index.htm, visité le 12 octobre 2009.

Loubier, Patrice,  «  Embuscades et raccourcis. Formes de l’indécidable dans l’art d’intervention contemporain », L’indécidable – écarts et déplacements de l’art actuel, Montréal, 2008.

Ville de Montréal, Art public à Montréal, http://montrealmetropoleculturelle.org/portal/page?_pageid=678,1154690&_dad=portal&_schema=PORTAL&id=343, visité le 12 octobre 2009.

Publicités

Un commentaire»

  pratiquesactuelles wrote @

Bonjour Stéphanie de Couto Costa,

J’ai moi aussi analysé Les leçons singulières (Volet II) de Michel Goulet. Je trouve ton analyse très intéressante et surtout parce qu’elle est diamétralement opposée à la mienne. Je mets en valeur la fonction relationnelle de « l’espace-oeuvre » et tu soulignes que  »La disposition des objets coupe la possibilité de discussion (et)… brime la valeur conviviale de l’objet relationnel » Une belle preuve qu’une oeuvre peut susciter de multiples interprétations!

Pour ma part, j’aime bien l’idée qu’une oeuvre d’art public ait de nombreuses fonctions. Dans le cas des Leçons singulières, je trouve que cet hommage à  »l’identité locale » prendra tout son sens au fil du temps, lorsqu’elle deviendra la mémoire de cet instant.

Dominique Richard


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :