L'art public : études de cas

Le blog des étudiants du cours FAM4500 (UQAM)

After Babel/a public suqare par Jennifer poitras

Photo de After Babel / a public square:

MHM 1993 After Babel-A Civic Squaresml

Jonh McEwen et Marlene Hilton-Moore, After Babel / a public square, 1993, installation d’acier et bronze, place Albert Duquesne (coin Maisonneuve et St-Urbain)

Photo par : http://www.ferneyhoughgallery.com/images/MHM%201993%…

After Babel, a public square (Oeuvre d’art publique)

Par : John McEwen et Marlene Hilton-More. (Cette œuvre fut créée pour le 350ième anniversaire de Montréal.)

Située sur la place Albert-Duquesne. (Coin Maisonneuve et St-Urbain)

L’œuvre d’art publique After Babel, a public square de John Mcewen, en collaboration avec Marlene Hilton-More, est une installation de quatre sculptures, dont deux placées sur des colonnes de style dorique. On retrouve, sur une colonne la silhouette d’un loup, un autre loup semblable se retrouve au sol le regard levé vers la deuxième colonne où se juche un masque à visage humain. La quatrième sculpture représente deux mains qui démontrent le signe de l’amitié en langage sourd et muet. Les mains sont de bronze et les autres sculptures sont faites d’acier. L’interdisciplinarité jaillit dans les signes compris à travers l’œuvre, soit : le théâtre, le langage des sourds et muets, l’utilisation de figure mythique comme le loup et d’éléments architecturaux historiques. Le caractère hétéroclite de l’œuvre m’amène à m’interroger sur la manière dont la mise en relation des objets de l’installation propose différentes narrations ou trames narratives. J’étudierai la question à l’aide des notions de simulation, d’indécidabilité et de réception.

 

Premièrement, la notion qui prédomine, selon moi, dans cette œuvre est la simulation. On reconnait les représentations réalistes, mais schématiques dans la silhouette des deux loups, dans le masque représentant le visage humain, dans les deux mains ainsi que dans la reprise des colonnes doriques. De plus, on simule aussi une interaction entre les personnages soit les loups et le masque. Deuxièmement, la notion d’indécidabilité surgit, selon moi, dans l’incongruité du lieu où se trouve l’œuvre. Au coin de deux rues achalandées, on se retrouve projeté dans un monde imaginaire. Le monde réel de la ville se trouve à côtoyer un monde parallèle où loup et masque communiquent et où des mains indépendantes d’un corps nous font un signe. L’auteur Jocelyne Lupien démontre que le spectateur peut en présence de ce type d’œuvre se sentir projeter dans un monde qui semble parallèle et de ce fait se pousser à se questionner. Elle utilise l’artiste  Gwenaël Bélanger pour expliquer sa théorie. D’une autre part, l’indécidabilité transparait aussi dans l’utilisation de multiples icônes appartenant à des sphères différentes. Par exemple la figure mythologique du loup  peut être vue comme une créature sanguinaire ou encore, comme une figure maternelle protectrice, ce qui est le cas dans la légende des fondateurs de Rome, avec Remus et Romulus. Ensuite, on retrouve la sphère du théâtre qui est représentée dans le masque, qui peut nous renvoyer à l’hypocrisie, jouer un rôle ou encore, au drame. Les mains représentent le signe de l’amitié dans le langage des sourds et muets. Les colonnes doriques, quant à elles, vont donner un aspect d’importance aux deux figures surélevées. En terminant, la notion de réception m’a inspiré pour ma problématique vu la complexité et la différence des sphères représentées, il est possible que l’observateur y voit une signification ou une narration différente de celle de son voisin. D’ailleurs, en prenant l’exemple du loup, qui tout dépendamment de la culture de l’observateur, peut influencer sa perception de l’œuvre. Ou encore, pour une personne qui ne connait pas le langage des signes, celle-ci peut y voir autre chose, comme l’entraide.

 

Finalement, l’œuvre démontre une sensibilité narrative que chacun peu s’approprier à sa façon. Personnellement, la communication entre le masque et le loup prédomine dans la narration que j’entrevois dans cette œuvre. J’y vois aussi une répartition des pouvoirs dans l’utilisation des colonnes et un jugement envers la figure du loup qui se retrouve seul au sol. Le masque agirait comme le juge de celui qui se doit d’être impartial, mais l’utilisation d’un visage humain démontrerait cette impossibilité chez l’homme. Les mains agiraient comme traductrices ou comme avocates. En bref, j’interprète cette scène comme un tribunal dans un monde parallèle ou imaginaire. Le fait de création de cette œuvre pour le 350ième anniversaire de Montréal joue-t-il un rôle dans la narration de l’œuvre?

Bibliographie:

-Ville de Montréal, l’art public à Montréal

http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=678,1154690&_dad=portal&_schema=PORTAL&id=353

visité le 9 octobre 2009

 

– CIAC, promenade l’art dans la ville

http://www.ciac.ca/en/expos-prom-mcewen.html

visité le 9 octobre 2009

Publicités

Un commentaire»

  pratiquesactuelles wrote @

Bonjour,
je trouve ton interprétation très amusante par rapport au tribunal que tu vois entre les sculptures.Dans cette oeuvre, j’aime particulièrement le loup qui semble sortir d’un autre monde. Je n’ai jamais vu cette installation et en voyant la photo que tu as mise, je me demandais si c’était un chien qui passait par là. Je trouve cette oeuvre inusité en ce qui concerne son intégration dans l’espace public, et ce précisément à cause du loup placé au sol. Je ne sais pas encore comment interpréter cette oeuvre et je crois que c’est ce qui me plaît le plus. Tout comme toi, je trouve cette installation très théâtrale, elle me rappelle peut-être un conte fantastique. Bref, merci de me l’avoir fait découvrir, j’irai certainement la voir de très près et ainsi l’interpréter à partir des éléments intéressants que tu as développés dans ce texte.

Priscilla Leclaire


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :