L'art public : études de cas

Le blog des étudiants du cours FAM4500 (UQAM)

 »40 ans 40 chaises » de Karine Galarneau, Patsy Van Roost et Judith Portier , par Amélie Audet

''40 ans 40 chaises''

''40 ans 40 chaise''de Karine Galarneau, Patsy Van Roost et Judith Portier, 2009.

''40 ans 40 chaises''

''40 ans 40 chaises '' de Karine Galarneau, Patsy Van Roost et Judith Portier, 2009.

Jusqu’au 30 Octobre , à La place Pasteur , l’installation 40 ans 40 chaises , faite de chaises récupérées et tissées de rubans rouges en polypropylène, occupera l’espace afin de souligner le 40e anniversaire de notre chère Université. Réalisé par trois étudiantes ; Karine Galarneau, Patsy Van Roost et Judith Portier , ce travail est fait dans le cadre d’un stage de fin d’études au DESS en design d’environnement à l’UQÀM. Évènement, œuvre et hommage, ce projet fait appel à plusieurs compétences étant donné la complexité de l’intervention in situ dans un endroit public. En portant attention à l’appropriation du lieu, la notion d’atelier et à la diffusion de ce projet. On pourrait se demander; de quelle manière l’œuvre est influencée par son lieu d’exposition ?

 Le monument de Louis Pasteur trônant comme un roi dans l’allée avec à ses côtés, deux chaises semblant faites pour ses loyaux sujets, démontre l’appropriation du lieu qui se fait dans le respect et la continuité de l’environnement tout en invitant les gens à s’unir ,<< (…)enseignants, employés, étudiants et passants afin de créer des lien entre savoir et société.>>[1]. Différents groupements de chaises créent des dynamiques propices aux rencontres ou à la découverte de la Place pasteur sous un nouveau jour. La configuration des chaises est faite de sorte que  certaines sont attachées ensemble ou directement tissées de manière à être fixées au lieu . Tout est pensé en fonction de l’accès public de cet endroit. Par exemple, afin d’éviter les vols , le tissage a été complexifié et pour plus de confort des modifications ont aussi été faites pour encourager les passants à s’assoir! La notion d’atelier est vue de plusieurs façons dans la conception de ce projet. Dans un premier temps, de multiples essais en atelier classique afin de perfectionner la méthode de tissage. Par la suite, vient la nécessité du travail directement sur la place pasteur, car le tissage se fait à même la place au travers des arbres , du monument et du pavillon de l’université. Le blog diffusant les informations complémentaires à l’œuvre;  plans, matériaux et commentaires des artistes, permet de suivre le développement de cette installation inspirée de la vocation première de la place, c’est-à-dire, aire de repos et site hommage.

 Pour terminer, cette installation   ramène l’attention sur un site et un hommage  datant de plusieurs années en faisant cohabiter 40 ans 40 chaises à la Place Pasteur. Le lieu ayant déjà une histoire, les artistes travaillent cette connotation historique, les contraintes physiques du lieu ainsi que la variété du public qui aura accès à l’oeuvre . Ce qui permet de présenter à leur public une nouvelle interaction avec la place. Considérant l’intégration du monument à la mémoire de Louis Pasteur, on pourrait aussi se demander de quelle manière cette installation temporaire réactualise  cet hommage à Pasteur ?

Bibliographie :

Karine Galarneau, Patsy Van Roost et Judith Portier, Occuper la place Pasteur , http://blogue.uqam.ca/pasteur/, visité en octobre 2009.


[1] Karine Galarneau, Patsy Van Roost et Judith Portier, plaque de présentation de l’œuvre 40 ans 40 chaises , à la Place Pasteur, octobre 2009.

 

Publicités

6 commentaires»

  pratiquesactuelles wrote @

Je ne savais pas que cette oeuvre, était le travail d’étudiant en Design. C’est un beau mariage de discipline.

Janie Julien-Fort

  Stéphanie Laurin wrote @

Je trouve le sens de cet oeuvre plutôt ambigue. L’idée des chaises pour représenter la communication et l’échange est excellente, mais je ne crois pas que les rubans rouges aident en ce sens. Surtout lorsque l’on sait que le tissage est venu comme une solution anti-vol à l’oeuvre puisque la Ville de Montréal ne permettait pas le perçage d’ancrages au sol dans la place du Pasteur pour tenir ces chaises. Or, je trouve que c’est le tissu qui a pris toute la place dans cette oeuvre, au delà de l’idée des chaises, j’y vois plutôt un immense système de cordage de sécurité. Et que dire du choix de la couleur rouge ? Si les créatrices l’ont choisi en référence au ruban-cadeau, cette couleur peut très bien évoquer une tout autre connotation…rouge danger, rouge dettes, rouge grève étudiante…?

Stéphanie Laurin

  pratiquesactuelles wrote @

À mon avis, la question des matériaux reste très importante dans cette oeuvre. Non seulement, comme Stéphanie le stipule, le tissu prend toute la place dans l’oeuvre mais en plus, ce n’est pas n’importe quel tissu qui a été utilisé. En effet, j’ai l’impression que c’étaient des courroies de sécurités utilisées dans le transport (des « binders »), peut-être serait-il intéressant de découvrir la raison pour laquelle ce matériau en particulier a été utilisé.

Gabrielle O. Murphy

  Patricia Asselin wrote @

La problématique que tu soulèves est très intéressante (on pourrait se demander; de quelle manière l’œuvre est influencée par son lieu d’exposition) d’autant plus que l’oeuvre 40 ans, 40 chaises, a été incorporé à notre environnement universitaire.

Le fait que les artistes aient lié les chaises, tel un réseau de communication, lui donne un sens particulièrement intéressant.

Par contre, je crois que le « bleu Uqamien » aurait été plus approprié que le rouge qui a été utilisé pour les rubans.

Patricia Asselin

  pratiquesactuelles wrote @

merci de ton annalyse lol
pcq sincèrement cette oeuvre selon moi n’est pas nésessairement évidente a comprendre en premier lieux. Le choix des materiaux et des couleurs n’évoquent pas la célébration des 40 ans de l’UQAM… A mon avis l’idée du ‘bleu Uqamien’ comme le propose Patricia aurait été interssante a envisager. De plus, tous ces rubans attachés en circuit sont étouffant et donne une impression d’emprisonnement. La couleur rouge aussi est très agressante.

Isabel Marceau

  Marie-Pier Paquette wrote @

L’oeuvre 40 ans 40 chaises est une installation grandiose, puisque cette dernière prend plusieurs mètres carré. L’important dans cette œuvre est l’utilisation répété du tissu. Sur chacune des chaises on retrouve le tissus rouge. Le tissu représente le lien qui est resté au fils des années. Cette idée ou ce désir de similitude entre ses chaises met en image le but de cette université qui fête ses 40 ans. Mais ce qui est le plus fort dans cette œuvre est le fait que une chaise revêtue de rouge ne fait aucune différence, mais que 40 chaises avec le même but commun arrive à être vue et à créer une différence qui ne peut qu’augmenter avec le temps.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :