L'art public : études de cas

Le blog des étudiants du cours FAM4500 (UQAM)

Révolutions de Michel de Broin par: Marie-Claude Lepiez

L’oeuvre choisie est celle de Michel De Broin ajoutée à la collection d’art publique de la Ville de Montréal par l’intermédiaire d’un concours en 2003. Révolutions est située dans le Parc Maisonneuve-Cartier à Montréal. Cette oeuvre est composée d’aluminium marin, un alliage possédant une forte résistance à la corrosion et une solidité supérieure aux alliages standards (METRO, 2003). Il s’agit d’un escalier sans fin, recourbé sur lui même formant un noeud de trèfle, soit un nœud avec trois croisements, au bout de 6 poteaux mélangeant art et architecture. L’ensemble fait 8 mètres de haut (METRO, 2003). Dans cette pièce, comment la sculpture de De Broin marque l’identité du paysage montréalais ? J’étudierai l’œuvre de De Broin sous trois aspects différents, soit ceux de la création, de la diffusion et de la réception.

Michel De Broin s’est fait surtout connaître par ses œuvres exposées dans des lieux publics. La sculpture de De Broin émane de l’architecture typiquement montréalaise. L’artiste se devait de connaître la ville de Montréal ainsi que son architecture pour en faire ressortir, dans Révolutions. un portrait ou plutôt une forme de paysage montréalais. Il s’est approprié les escalier courbes de la ville pour faire vivre son projet.  La forme de l’œuvre rappelle aussi le pont Jacques-Cartier, les manèges de La Ronde et la boucle absolue des escaliers du métro. Tous ces éléments viennent donc ajouter une profondeur au caractère identitaire de l’œuvre (DEVOIR, 2002).

La diffusion de Révolutions de De Broin se fait par le biais du Parc Maisonneuve-Cartier, derrière la station de métro Papineau à Montréal. La sculpture est donc à l’extérieur, dans un espace naturel montréalais ouvert au public. Ses matériaux résistants nécessitent peu d’entretien permettant ainsi une plus grande longévité et donc une durabilité. Cette œuvre est définitivement fait pour rester à un endroit fixe, dû à ses dimensions, elle est difficilement déplaçable. Bien qu’elle aurait pu être accueillie ailleurs à Montréal que dans ce parc, son appartenance au paysage Montréalais en fait une œuvre In Situ. De plus, le choix des matériaux industriels permet d’entretenir un rapport avec son lieu d’exposition, la ville. Cette œuvre a besoin de son contexte pour vivre, elle fût définitivement créer pour se poser dans la ville de Montréal, ça se voit par son fort caractère identitaire à la ville.

Au niveau de la réception de l’œuvre, l’escalier ramène donc l’idée de cycle, où la répétition est transformée dans son cycle, et où chacun des spectateurs peut se projeter dans cet espace courbe et entrer dans le jeu des révolutions. Comme l’œuvre est dans un parc, c’est au spectateur de la faire vivre et de la définir comme une œuvre d’art plutôt qu’une simple sculpture décorative  L’aspect identitaire du paysage montréalais permet plus facilement la relation entre le spectateur et l’œuvre. L’œuvre pourrait être perçue comme une mise en abîme avec son rapport à la ville puisqu’il est possible d’y voir la représentation d’un petit Montréal dans Montréal.

Pour conclure, la sculpture de De Broin marque l’identité du paysage montréalais par  l’appropriation des escalier typiquement Montréalais résonnant avec les autres éléments, soit les structures de métal du pont Jacques-Cartier et les tourbillons de La Ronde. Sa référence à Montréal se voit non seulement par son visuel, mais aussi par son lieu d’exposition In Situ, Montréal. Pour aller un peu plus loin, on pourrait parler de pastiche ou d’une certaine forme de citation dans cette œuvre puisque la pièce de De Broin peut ressembler au Monument de la IIIe internationale de Vladimir Tatline (1920) (LE DEVOIR, 2002). De ce fait, on peut se demander si la sculpture pourrait aussi bien vivre dans un autre contexte et s’accrocher à une autre identité que celle de notre métropole (?)

BIBLIOGRAPHIE

LE DEVOIR. Sculpture publique – Un escalier en tourbillon. 2002. www.ledevoir.com. (page consultée le 3 octobre 2009)

LE METRO. Nouvelle œuvre d’art public à proximité du métro : Révolutions à la station Papineau. 2003. (page consultée le 5 octobre 2009)

MICHEL DE BROIN.  www.micheldebroin.org. (page consultée le 5 octobre 2009)

Publicités

3 commentaires»

  Sabrina Desmarteau wrote @

Bonjour Marie-Claude,

Je suis heureuse de constater à quel point Révolutions est apprécié des élèves de la classe. En effet, beaucoup d’étudiants dont moi, on fait leur travail d’analyse sur cette oeuvre. Curieuse de pouvoir lire d’autres problématiques que la mienne, c’est la raison pour laquelle je me suis arrêtée sur ton travail. Seulement, à ma surprise, nous avons toute les deux la même problématique. La raison à cela est probablement son évidence.

Bonne chance dans l’examen final 🙂

Sabrina

  marie-claude lepiez wrote @

oui, effectivement… la même problématique. mais je me demande vraiment, malgré tous ces indices, si la sculpture pouvait aussi bien vivre dans un autre contexte et s’accrocher à une autre identité que celle de notre métropole (?). Même si elle est typiquement montréalaise, peut-être qu’elle pourrait rejoindre une autre grande ville ? Où est cette autre ville à escalier courbes ? Parce qu’à la limite, au niveau des matériaux on pourrait créer un lien d’appartenance avec n’importe quelle structure urbaine. n’est-ce pas ?

  Sandrine Côté wrote @

Effectivement, Mme Lepiez, je crois vous soulevez un point important à propos de votre questionnement sur l’impact et le sens de cette oeuvre transposée dans un ville autre que Montréal. Il m’apparaît que cet escalier courbe est porteur d’une multitude de significations. Cette oeuvre aborde par exemple les notions de continuité, d’infini, d’accession, de continuum, etc. Cette installation sculpturale serait donc pertinente, à autre région, porteuse d’un tout autre sens que celui de Montréal.

Sandrine Côté


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :